Journées Nationales 2023 – Rejoignez-nous

Journées Nationales 2023 – Rejoignez-nous

Du 3 au 11 juin prochains, vous croiserez nos bénévoles dans les marchés, dans les rues, devant les cafés, aux feux rouges… bref une vague rouge va déferler partout dans le Finistère pour nos 89es Journées nationales. Le principe est simple : chaque don que vous ferez en glissant une pièce dans nos tirelires (ou troncs pour les intimes), par carte de paiement ou SMS, viendra directement financer nos actions à côté de chez vous. Alors ? On se rejoint en bas ?

Distribuer des repas chauds, des vêtements à ceux qui rencontrent des difficultés, rendre visite à une personne âgée qui se sent seule, vous protéger lorsque vous assistez à un concert ou courez un semi-marathon … en faisant un don, petit ou grand selon vos possibilités et votre envie, une chose est certaine : vous allez faire une action très concrète. Et surtout une action très locale, en bas de chez vous.
Vous le savez, beaucoup de personnes ne parviennent pas à s’en sortir sans un coup de pouce. Alors, nous avons besoin de vous et de votre générosité pour les aider. 1 euro, 10 euros, 100 euros, c’est chacun de vos gestes mis bout à bout qui nous permettent d’avancer.
Car il n’existe pas de “petit don” : chaque somme est essentielle pour soutenir ceux qui en ont besoin.

Concrètement :

■      avec 1€ : c’est un repas que l’on distribue;

■      4€ : un kit d’hygiène;

■      10€ : 30 couvertures de survie pour un poste de secours;

■      30€ : une consultation médicale

 

VOUS VOULEZ VOUS IMPLIQUER ?

Vous pouvez donner aussi… de votre temps ! Venez donc passer 2h ou 3h avec nous pour quêter en devenant “bénévole d’un jour”. Vous ne le regretterez pas. Et qui sait ? Ce premier pas vous donnera-t-il peut-être envie d’aller plus loin et de rejoindre les bénévoles de nos 1000 unités locales sur toute la France.

Pour devenir bénévole d’un jour c’est très simple

Nous espérons, cette année encore, que la mobilisation sera importante dans un contexte où les besoins sur le terrain vont grandissant. Un grand merci par avance à toutes et tous pour votre soutien !

Secouristes sans clichés !

Secouristes sans clichés !

« Porter secours » ça vous tente ? Aider les autres, être là, pour eux, présents lors de temps forts, qu’ils soient festifs ou critiques. Ça vous dirait bien mais, avouez-le, cela vous semble un peu obscur, compliqué, technique… – réservé à des pros qui auraient du temps, en somme.

Erreur ! La réalité du secourisme est bien loin des clichés nés des films et des séries télé. Écoutez plutôt ce qu’en disent nos volontaires, engagés sur le terrain. Patrick, Luna et les autres vous racontent tout, ou presque.

Oubliez vos idées reçues !

Quand vous pensez « secourisme », vous songez immédiatement branle-bas de combat –  vous imaginez des blouses blanches suturant des plaies, seringue à la main, dans une ambiance de stress intense. Eh bien non ! Pas besoin d’être médecin ou kiné pour être secouriste bénévole. Tout simplement car ce n’est pas votre rôle.

 

Laissez-vous tenter – le secourisme ça apporte tellement

Là encore, ce sont nos bénévoles qui en parlent le mieux. Ils ont tous les âges, viennent de tous horizons. Chacun s’est engagé pour des raisons qui lui sont propres, certes. Mais, comme Luna, tous vous le diront : on s’engage comme secouriste parce qu’on a envie de donner. De porter secours et prendre soin. Question d’humanité, de solidarité. Et brusquement, on s’aperçoit que l’on reçoit aussi ! Et ce de mille façons.

 

Pêle-mêle, et en quelques lignes…

« On apprend à être réactif en situation d’urgence, quelle qu’elle soit ». Et ça, comme le souligne Idrissa, ce n’est pas rien. « Car ces situations, dramatiques ou bénignes, nous pouvons tous y être confrontés un jour ou l’autre, dans notre quotidien. Qu’on soit lycéen, étudiant, parent, actif ou à la retraite… »       

Et puis, être engagé comme secouriste, « ça apporte vraiment une sacrée dose de confiance en soi. Parce qu’on nous fait prendre des responsabilités tout en étant encadrés », comme le dit Luna. « Toute jeune, j’avais un uniforme, je montais dans un camion et je sauvais des vies. C’était incroyable. Je me rendais compte à ce moment-là que j’avais une responsabilité, et ça me donnait une confiance dingue! »

« Depuis toute petite j’ai toujours été attirée par l’urgence, l’esprit d’équipe, discuter avec les gens, être là pour eux. Et en étant secouriste on est vraiment présents pour les autres », renchérit  Lolita, secouriste au festival Yzeures’ n’ rock à Yzeures-sur-Creuse. « Ma mission sur ces trois jours de festival ? Faire de la prévention, aider les gens qui sont dans le besoin, ceux qui ne se sentent pas bien. Parce que dans le secourisme, il y a aussi le côté social. Et si urgence il y a, quand on est auprès d’une victime on ne réfléchit pas tellement, on est dans l’action. On sait ce qu’on doit faire, on est formé pour, même si c’est dur. On sait qu’on peut compter sur les autres, on est tous soudés. Être secouriste c’est… être au plus près des gens. »

Léa et Arnaud, originaires d’Amiens, opinent. Il y a peu, ces deux jeunes équipiers secouristes étaient présents aux 100 km de la Somme  – « 100 km à pied, malaise garanti ! », sourit Léa. « Mais on est là pour ça ! Et se sentir utiles, ça nous booste – d’ailleurs, quand les gens viennent me voir, ils le sentent, ils le voient… que suis contente d’être là ! » Son compère opine. Être utile à tous. Sans distinction… Oui, ça vous nourrit. « Et en plus, ça nous permet de changer d’air, de rencontrer de nouvelles personnes. » Secouriste s’écrit avec un « s » en somme – « car c’est un engagement d’équipe. De la cohésion. Des rires partagés. De la solidarité en fait ».

La Journée Internationale des droits des Femmes

La Journée Internationale des droits des Femmes

La Journée Internationale des droits des Femmes est un moment important pour la Croix-Rouge française, une organisation qui reconnaît et célèbre la contribution vitale des femmes dans ses efforts humanitaires. Cette journée est l’occasion de mettre en lumière les défis que les femmes rencontrent à travers le monde, ainsi que les progrès qui ont été réalisés pour améliorer leur situation.

La Croix-Rouge française est fière de compter un grand nombre de femmes parmi ses bénévoles, employées et partenaires. Ces femmes jouent un rôle essentiel dans la réalisation de la mission humanitaire de l’organisation, que ce soit en apportant une aide vitale aux personnes touchées par des catastrophes naturelles ou des conflits armés, en fournissant des soins de santé aux communautés les plus vulnérables ou en travaillant pour promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Cependant, la Croix-Rouge française est également consciente des défis auxquels les femmes sont confrontées dans leur vie quotidienne. En tant qu’organisation humanitaire, elle s’efforce de fournir un soutien adapté à leurs besoins spécifiques, qu’il s’agisse de la fourniture de produits d’hygiène menstruelle, de l’accès à des soins de santé de qualité ou de la protection contre la violence sexiste.

La Journée Internationale des droits des Femmes est donc une opportunité pour la Croix-Rouge française de renforcer son engagement en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, en soulignant l’importance de leur rôle dans la réalisation d’un monde plus juste et plus équitable pour tous. En travaillant ensemble, les femmes et les hommes peuvent contribuer à faire progresser les droits des femmes et à mettre fin à la discrimination et à la violence fondées sur le genre.

La Croix-Rouge française du Finistère s’engage aux côtés de la Gendarmerie du Finistère

La Croix-Rouge française du Finistère s’engage aux côtés de la Gendarmerie du Finistère

En ce début d’année 2023, la Croix-Rouge française du Finistère et la Gendarmerie Nationale ont signé une convention de partenariat.

Ce vendredi 13 janvier, à Quimper a eu lieu la signature de la convention de partenariat dans le cadre de la recherche de personnes égarées ou disparues. Cette convention départementale, signée par Olivier HAMON, président territorial de la Croix-Rouge française et la Colonelle Charlotte TOURNANT, Commandant du Groupement de Gendarmerie Départementale du Finistère, renforce davantage la coopération entre la Croix-Rouge française du Finistère et la Gendarmerie du Finistère au profit de la population.

Être plus efficace en cas de disparition inquiétante, c’est l’objectif de la convention. Concrètement, des bénévoles et secouristes de la Croix-Rouge française pourront être mobilisés sur le terrain et participer aux recherches aux côtés de le Groupement de Gendarmerie du Finistère.
Dans le département, cela représente en moyenne, une à deux disparitions signalées chaque jour.

Nos équipes ERU fêtent leurs 20 ans

Nos équipes ERU fêtent leurs 20 ans

Les Équipes de Réponse aux Urgences (ERU) fêtent leurs 20 ans. Possédant une réelle expertise et plus-value pour répondre aux urgences en France mais aussi à l’étranger, ces équipes peuvent être déployées dans les 24 à 48 heures. Déployés près de 50 fois en 20 ans, ces hommes et femmes possèdent des compétences spécifiques dans leur champ d’action :

  • Médical : apporter les premiers secours, un traitement, ou encore la surveillance épidémiologique auprès de la population.
  • Eau et assainissement : réaliser un traitement, et gérer le transport et le stockage de l’eau
  • Support : apporter un soutien logistique, administratif ou encore financier
  • La distribution : fournir aux populations touchées par une catastrophe, des biens nécessaires et de première nécessité.

Composées de bénévoles experts dans un domaine précis, nos équipes d’ERU sont des professionnels qui se mettent à disposition 3 semaines par an pour des missions d’urgence.

Les ERU en quelques chiffres c’est :

  • 232 volontaires dont 76 logisticiens et administrateurs
  • 78 médicaux
  • 81 spécialistes dans le domaine du traitement de l’eau et de l’assainissement
  • ainsi que 78 dans le domaine de la distribution